Dans la Brume, les morts

D’après Cavaliers de la mer et l’Ombre de la vallée de John Millington Synge

Une création de La Compagnie en Eaux Troubles

2012

Tout part de la lecture des pièces de John Millington Synge, de sa langue si musicale et de ses thèmes si obsédants, de sa peinture de la misère sociale et de sa folie poétique. Dans une Irlande de fin du XIXème il campe des personnages mystérieux, embourbés dans la terre, qui se battent pour vivre avec l’énergie de l’animal en cage. L’idée de monter deux pièces courtes (L’Ombre de la vallée et Cavaliers de la mer) a très vite été complétée par l’ajout d’autres textes écrits pour l’occasion. Chez cet auteur, le drame social est montré au travers du prisme de la poésie, la tristesse des vies est montrée aussi montrée à travers le rire et c’est ainsi que nous avons voulu l’aborder.

Le spectacle verra se déployer les deux pièces dans l’ordre suivant : Cavaliers de la mer et L’Ombre de la vallée, liés par une narratice. Le schéma dramaturgique est d’arriver à créer une trouée à la fois spatiale et dramaturgique. Une sortie.

Ce qui a motivé avant tout cette création est la puissance purement théâtrale de ces textes. Chez Synge, tout repose sur l’espace. Celui du dehors qu’on ne verra jamais mais qui conditionne tout et celui du dedans, associé à la scène. Dans le dedans c’est la cage, au sein de laquelle il faut convoquer tout l’extérieur par le texte, le son, la musique, le geste.

Il ne suffit que de quelques objets, quotidiens ou symboliques et du jeu de l’acteur pour exprimer, évoquer, suggérer ; la puissance du texte fait le reste. Au centre, une aire de jeu qui sera l’espace du dedans ; autour, les acteurs, interprétant de manière symbolique ce qui se passe à l’extérieur, prenant en charge les sons, la musique et les bruitages. Sur la scène, ils parlent, créent des bruits, chantent dans l’espérance de briser la boîte du lieu théâtral pour y faire rentrer l’infini de l’échappée poétique.

C’est entre puissance et simplicité du jeu, discours social acide et trouée poétique que veut se placer ce spectacle. Entre le poids du passé, des morts et des limites humaines et la volonté de briser encore et encore la cage sociale et matérielle où les personnages se débattent.

Avec et par : Lucas Dardaine, Laurent Lenoir , Sophie Imbeaux, Jérôme Bonnafé, Eva Freitas, Claudine Bonnome, Julien Verseil, Claire Thery, Jeanne Terrenoir.

D’après: Cavaliers de la mer et L’Ombre de la vallée de John Millington Synge

Traduction: Françoise Morvan

Adaptation et textes: Paul Balagué

Mise en scène, scénographie et Lumières: Paul Balagué

Partager